Non classéyoga

Le yoga, fitness du système nerveux.

Quand on se demande ce qu ‘est, finalement , le yoga, on peut se perdre en multiples explications et définitions, selon que l’on parte de ses origines historiques ou de son étymologie. et chacun y va de son exégèse savante , tant et si bien que tout devient complexe , sinon confus pour quelqu’un qui cherche à débuter et se demande finalement de dont il s’agit.

Alors faisons simple et dépouillé, de quoi est il vraiment question, au fond ? Qu’ont cherché depuis des milliers d ‘années des générations de yogis à travers leurs pratiques ?…. A y voir plus clair, tout simplement.

Le yoga est en fait un véritable fitness du système nerveux. Chaque posture (asana) pratiquée est un challenge, une sorte d ‘énigme qui vous est proposée : comment vais je donc faire pour aligner tel et tel point du corps, pour bouger tel et tel muscle; comment vais rendre supportable cette position plus de quelques secondes ? Car c’est là que réside aussi l’un des modus opérandi du yoga postural : rendre aisé ce qui ne l’est pas. Et la réponse au problème posé par l’asana ne réside pas dans l’effort au sens sportif du terme, en contractant des parties entières de son corps (et ce faisant de son esprit) en « serrant les dents », en se « défonçant » comme un sprinter ou un haltérophile sous une barre fonte, mais en exerçant sa volonté d’une manière singulière : en « lâchant » quelque chose , en prenant de l’amplitude et non pas en « faisant la boule » et en se contractant

Dans la vie quotidienne, dès qu ‘une difficulté se présente, notre réflexe immédiat est la crispation, et les muscles commencent à se contracter , occasionnant parfois maux de têtes, maux de ventres, etc … Bref , le système nerveux envoie des signaux anarchiques, et s’intoxique tout seul …

Il faut, pour vivre une posture de yoga, être à la fois très vigilant, très « présent » , mais la volonté s’exerce non pas en contractant le corps pour rechercher une force concentrée et centripète, mais en étirant celui ci , en l’ouvrant par le biais d’ un flux continu d’énergie centrifuge qui circule au travers du système nerveux à flot continu, et on est obligé de relâcher sélectivement tel ou tel muscle pour arriver à tenir correctement la posture, visage détendu, respiration fluide, aucune crispation malgré l’intensité du travail postural. Ainsi, le système nerveux apprend à exercer son action avec intensité mais sans tension, ce qui le renforce et le purifie.  Les pratiquants de yoga qui ont des dizaines d ‘années de pratique dépensent bien moins d ‘énergie que les débutants pour faire une posture, ils peuvent la « tenir » plus longtemps, car ils savent distribuer l’énergie là où elle est nécessaire en évitant les déperditions inutiles, voire contre productives; ils ont en quelque sorte acquis un « circuit énergétique » plus économe, plus efficace.

Aux anciens temps, le yoga servait donc aux ascètes à se clarifier le mental afin de se connecter au divin (attention, cela demande un mode de vie « ad hoc » qui n’a pas grand chose a voir avec le nôtre) … Pour le yogi moderne, il s ‘agit plus prosaïquement de ne plus être esclave de son mental et de vivre mieux dans la réalité en se débarrassant des multiples aliénations que nous nous sommes fabriquées au cours du temps.   (Pascal Piwnica / Ateliers de yoga Paris 14 ème)